Pour mai, Mademoiselle en boîte était…remplie de surprises, c’est le moins que l’on puisse dire! Je vous explique.

photo 1

Commençons avec l’article que j’ai préféré: le baume à lèvres bio de Sampson Ecoshop. Ce produit marque un point par sa composition, certes, mais également par son emballage: ce dernier est entièrement recyclable ou biodégradable. J’ai reçu la saveur menthe que j’apprécie plus ou moins (alors que j’aurais pu tomber sur noix de coco ou vanille!), mais le baume est tout de même de bonne qualité. Le site de la compagnie n’est pas en ligne depuis très longtemps je crois: j’ai tenté de faire des recherches sur l’origine des produits mais je n’ai pas trouvé grand-chose, si ce n’est qu’ils semblent fabriqués à Montréal. La boutique en ligne est fonctionnelle et on y vend également des savons, crèmes, tisanes, etc. Cette boutique qui a pignon sur rue Saint-Laurent me semble intéressante.

Deuxièmement, la boîte contenait un code pour le nouveau magazine écolo « Vie familiale« . On le dit écologique parce qu’il n’est disponible qu’en version numérique. Malheureusement, après avoir lu quelques articles du dernier numéro, je n’ai pas du tout été impressionnée. Dessins dénichés dans une bibliothèque multimédia populaire pour agrémenter des textes contenant des erreurs inacceptables (ex: choisir un cadeau pour un enseignant qui se mari), sujets peu intéressants…je l’ai parcouru en 3 minutes et déjà, je savais que ce magazine n’était pas fait pour moi. La présentation aurait vraiment besoin d’être fignolée! Bref, passons.

Le troisième produit est le lait après-soleil Bioderma. La plupart des abonnées seront enchantées de recevoir ce produit qui apaise la peau et prolonge le bronzage, mais lorsque mes yeux se sont posés sur la liste des ingrédients, j’ai immédiatement été déçue: huile minérale, paraffine, propylène glycol, du sulfate…bref, un beau cocktail de produits chimiques. Pourquoi utiliser un lait du genre quand il existe une panoplie de produits bios qui comblent le même besoin pour un prix égal ou moindre?

Mes yeux se sont ensuite posés sur une boîte Arbonne. La panique s’est alors emparée de moi: Arbonne est une marque que nous avons déjà étudiée et mise de côté car la plupart de leurs produits contiennent une foule d’ingrédients chimiques contrairement à ce que la compagnie proclame.  Mais à ma grande surprise, ils ont pris soin d’écrire sur l’emballage du produit reçu qu’il n’y a pas de parabène, d’huile minérale, de propylène glycol, entre autres. J’ai donc regardé plus attentivement la liste de ce gommage exfoliant et ma foi, les ingrédients semblent somme toute corrects. Assez pour m’en procurer une nouvelle boîte une fois le tube fini? Non. Je ne suis pas folle de l’odeur, ni de son action. Il faut également savoir que c’est une compagnie de ventes du même type que Mary Kay ou Avon. Vous pouvez recevoir un catalogue ou accueillir à la maison une représentante, qui tentera de vous vendre les produits. Le nom de la représentante et ses coordonnées sont d’ailleurs collés sur le tube.

L’abonnée annuelle aura également reçu un tube de Flexitol, qui hydrate les talons craquelés et rugueux. Je me suis dit que ce petit tube me serait bien utile pour me faire des traitements chocs à l’heure du coucher. Il suffit d’en mettre généreusement et d’enfiler une paire de bas pour la nuit. Donc un produit plutôt intéressant, surtout avec la saison des sandales qui commence!

Finalement, je me gardais le meilleur pour la fin: une petite boîte de chocolats fins de la Fée Gourmande. J’ai lu la description, l’eau à la bouche et impatiente de croquer dans la ganache de ce riche chocolat fait de beurre de cacao pur. J’ai pris mon temps pour l’ouvrir, en même temps qu’un léger doute s’installait dans mon esprit…Kamouraska? C’est plutôt loin et beaucoup de chemin à parcourir pour un petit chocolat!

Et voilà! Envoyer une boîte de chocolats fins par la poste fin mai lorsqu’on annonce 32 degrés, ce n’est pas l’idée la plus géniale qui soit! En hiver, le chocolat va à la limite geler, mais lorsque les beaux jours d’été commencent à se pointer le bout du nez, il aurait fallu penser à autre chose. Tant de beaux chocolats gaspillés!

En résumé, je n’ai apprécié que deux produits sur six dans la boîte de mai. J’espère que l’on se reprendra pour celle de juin…